Critique de “Café Society” par Quentin

CaféSociety-800x445

Présenté Hors Compétition au Festival de Cannes 2016, “Café Society” est le film d’ouverture parfait pour une cérémonie vectrice de grandes émotions ainsi que de rêve pour les cinéphiles les plus passionnés. Glamour, jazzy et enivrant comme une bulle de champagne sous un palmier hollywoodien, le 39e long métrage de Woody Allen incarne tout le charme d’une époque pleine de décadence et d’excès sous le vernis d’une industrie cinématographique plus qu’appuyée sur l’image et le paraître. Les thèmes du cinéaste reviennent sous de nouvelles formes afin de nous présenter une fable des plus sincères sur la véracité du sentiment amoureux, avec toujours, dans les grandes lignes, la sempiternelle thématique qui lui est des plus chères : le hasard. En sublimant l’étoile montante Kristen Stewart (“Sils Maria“, “Into the Wild“), Allen propose un nouveau portrait de femme d’une grande qualité, chargé en grâce et splendeur. Face à elle, l’excellent Jesse Eisenberg (“The Social Network“) interprète un personnage plein de tendresse, au plus proche du spectateur, tant sa composition comique s’avère communicative.cafe-society Si on regrette le léger manque d’alchimie entre les deux acteurs principaux, les prestations restent des plus honorables. La mise en scène est sobre, comme de coutume, mais sied toutefois parfaitement au récit, avec une grande place accordée à la lumière,  la photographie de Vittorio Storaro étant par ailleurs fabuleuse. Allen a beau être le maître incontesté du dialogue, il n’empêche que les regards ont un grand rôle au sein du film, témoignant souvent des intentions des personnages. Empreint d’un cynisme à la hauteur de “Match Point” en 2005, le long métrage avance lentement de la comédie au drame, autopsiant en parallèle l’ascension de Bobby Dorfman (Eisenberg), personnage “allenien” à souhait, en quête de reconnaissance comme du grand amour. Film-testament ou renaissance d’un genre, “Café Society“, sous sa superficialité apparente, cache un tournant décisif dans la filmographie du metteur en scène. Là où la musique remplace les mots et les étreintes remplacent les grandes citations, Allen tend à se rapprocher vers un cinéma plus chaleureux, plus humain. Le long métrage surprend au départ par sa simplicité, avant de mûrir petit à petit dans la tête du spectateur pour se révéler être l’un des films les plus fort du réalisateur new yorkais. Notons l’impeccable prestation de Steve Carell ainsi que celle de l’hilarante Jeannie Berlin, dont la tirade finale concernant la religion juive devrait rester dans les mémoires. Condensé d’euphorie et de délicatesse, fable savante mais aussi vivante, “Café Society” est un excellent cru. Une oeuvre entière, honnête et passionnante, à savourer d’urgence.

Note : 4/5.

Quentin

“Café Society” de Woody Allen, sorti le 11 mai 2016 dans les salles françaises, avec notamment Jesse Eisenberg, Kristen Stewart, Corey Stoll, Steve Carell, Blake Lively, …

Synopsis :

Ce film est présenté Hors Compétition au Festival de Cannes 2016

New York, dans les années 30. Coincé entre des parents conflictuels, un frère gangster et la bijouterie familiale, Bobby Dorfman a le sentiment d’étouffer ! Il décide donc de tenter sa chance à Hollywood où son oncle Phil, puissant agent de stars, accepte de l’engager comme coursier. À Hollywood, Bobby ne tarde pas à tomber amoureux. Malheureusement, la belle n’est pas libre et il doit se contenter de son amitié. 
Jusqu’au jour où elle débarque chez lui pour lui annoncer que son petit ami vient de rompre. Soudain, l’horizon s’éclaire pour Bobby et l’amour semble à portée de main…

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux:
Quentin
Me retrouver

Quentin

17 ans. Un peu trop accro au 7ème art, au citron et à Depeche Mode.

Quentin en 10 films :
Roméo + Juliette (1996)
La Belle et la Bête (1991)
Titanic (1997)
Shrek 2 (2004)
Edward aux mains d'argent (1990)
L'Empire contre-attaque (1980)
The Dark Knight, le chevalier noir (2008)
Ghost (1990)
Vaiana, la légende du bout du monde (2016)
Le Secret de Brokeback Mountain (2005)
Quentin
Me retrouver
Quentin

Quentin

17 ans. Un peu trop accro au 7ème art, au citron et à Depeche Mode. Quentin en 10 films : Roméo + Juliette (1996) La Belle et la Bête (1991) Titanic (1997) Shrek 2 (2004) Edward aux mains d'argent (1990) L'Empire contre-attaque (1980) The Dark Knight, le chevalier noir (2008) Ghost (1990) Vaiana, la légende du bout du monde (2016) Le Secret de Brokeback Mountain (2005)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *