Critique de “Her” par Watchful

HerHer de Spike Jonze – avec Joaquin Phoenix, Scarlett Johanson, Amy Adams et Rooney Mara

“Oscar du meilleur scénario”, ça attire l’attention, surtout quand on voit qu’il s’agit d’un film de romance mélangé à de la science-fiction. Intrigué, par une moustache si bien peigné, par ce mélange de genre dangereux, ces avis positifs annonçant un chef d’œuvre dans le genre de la romance. Loin des clichés que l’on peut rencontrer, il reste les étapes impossibles à éviter, comme une baston dans un film d’action. Ces passages impossibles à éviter, que l’on retrouve dans chaque film du même genre.

Petit résumé de l’histoire – Theodore Twombly vit très mal sa séparation, depuis il souffre. Beaucoup. Il vit avec la douleur, la cache. Fait semblant d’être satisfait de sa vie, mais ne sait pas comment s’en remettre. C’est alors qu’apparaissent les O.S. . Une sorte d’intelligence artificielle munies une conscience et le désir d’évoluer (ou la curiosité, à vous de juger à quel point ils sont humains). Theodore achète un programme vivant appelée Samantha et se surprend à l’aimer.

Comment tu te ressens ?

Les points forts du scénario nous font comprendre la raison de la victoire de cet Oscar, déjà, les problèmes entre le programme “Samantha” et Theodore, comme une distance infinie qui les séparent, des tentatives de la supprimer par l’application d’idées aussi glauques et délirantes poussées par l’amour de Theodore et de Samantha. Le problème de l’envie de l’autre, l’envie de se “modéliser“, dans le monde réel. Sélectionner son apparence, ressentir son propre poids.

Les réactions des personnages secondaires face à la situation de Théodore, l’influence des sentiments sur le milieu professionnel, modifiant façon de penser et manière d’écrire. ET POUR UNE FOIS ! Ce qui fait la force de ce film, ce que j’ai adoré, c’est le fait que Theodore aime Samantha, ce n’est pas ce qui étonne, ni le fait qu’il s’agisse d’un programme, mais le simple fait qu’il puisse s’agir d’une personne réelle. L’idée s’implante dans notre pensée au point de se demander s’il s’agit d’un simple programme ou si derrière se cache une femme. Et si c’est le cas, elle ne se montre pas, mais on l’aime, comme dit dans le film :

Je l’aime pour sa façon de penser

Samantha est persuadée que c’est faux, car l’homme qui dit ça aime un être physique, et CE physique l’a poussé à l’aimer. Il est certain que quelque chose d’autre a entraîné cette poussée, mais sans le physique, il aurait très bien pu ne pas la rencontrer. Alors que Theodore aime Samantha et ce sans le besoin d’un support physique. Et c’est ça qui est surprenant que quelque chose d’aussi pure puisse venir d’un programme dont l’on doute pour le bien de l’Homme.
Le scénariste joue avec nos sentiments, tantôt l’on aime Samantha pour ses vannes, tantôt on la déteste pour des raisons dont je ne parlerai pas pour le bien du film, à noter que l’on se retrouve ou bien du côté de Theodore ou bien du côté de Samantha lorsqu’ils se disputent.

Her-1

Une vision colorée et réaliste de notre futur, associant nos progrès technologiques et l’évolution de nos futurs relations sentimentales.

Je t’aime pour ce que tu es, et ce, peu importe ce que tu es

Un autre atout majeur du film ce sont, encore une fois, les idées émises, mais pas vraiment développées, on peut croire que c’est un défaut du film, que c’est accidentel, moi, je trouve que ça enrichit le film. Un chemin d’idées sur le pourquoi de l’apparition de sentiments , alors l’on comprend la quête de Theodore, chercher ce qui fait que l’on aime. Je dois avouer que je n’ai pas trouvé la réponse dans le film, et que la fin, aussi bouleversante est-elle, est trop rapide, on reste avec certaines questions dont on cherche les réponses, et encore une fois, on peut voir ça comme un point fort du film, mais ce n’est pas mon cas pour ce film. J’aurais aimé avoir des réponses par rapport à Samantha, et sur la “vérité” de ses paroles. Et ça c’est un sacré point fort. On tombe amoureux de Samantha avec Theodore. On doute d’elle, on cherche à comprendre son mal être, à l’apaiser, on se confie à elle, on la suit dans ses idées les plus folles, on la respecte alors qu’elle cherche le contraire (vous verrez dans le film).

d-h

La moustache, un atout charismatique incroyable

Bref, un coup de coeur absolu ! Le meilleur dans la catégorie des films romantiques. Un renouveau du genre. Un futur classique. A conseiller pour tous les amoureux du cinéma.

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux:
Watchful

Watchful

Exemple de dépendance à la lecture, cet énergumène assez effrayant est en réalité bien sympathique. Son énorme défaut est de ne travailler que selon son envie et son inspiration. Il lui est impossible d'exprimer un avis objectif, par son habitude à exprimer son avis personnel et ses préférences dans ses rédactions. D'ailleurs, je n'aime pas ma description, parce que je ne me limite pas à la lecture (mon unique limite s'appelant "Curiosité"). Mais mon inspiration ne fait que tendre vers ma passion première : les comics.
Watchful

Les derniers articles par Watchful (tout voir)

Watchful

Exemple de dépendance à la lecture, cet énergumène assez effrayant est en réalité bien sympathique. Son énorme défaut est de ne travailler que selon son envie et son inspiration. Il lui est impossible d'exprimer un avis objectif, par son habitude à exprimer son avis personnel et ses préférences dans ses rédactions. D'ailleurs, je n'aime pas ma description, parce que je ne me limite pas à la lecture (mon unique limite s'appelant "Curiosité"). Mais mon inspiration ne fait que tendre vers ma passion première : les comics.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *