Critique de “Elysium” par Axel

Elysium

Bonjour chers lecteurs,

je suis allé au cinéma assez tard par rapport à la sortie de ce film, l’ayant manqué à sa sortie originale en France le 14/08/13, et étant un immense fan du réalisateur Neill Blomkamp qui a réalisé le chef d’œuvre “District 9”, qui m’avait retourné la tête la première fois que je l’avais vu, et qui continue de le faire à chaque fois que je le revois, donc quand j’ai entendu qu’il allait faire un nouveau film de Science-Fiction , j’ai sauté de joie toute la journée, et je suivi l’actualité de ce film religieusement depuis 2011 l’année où a été annoncé le titre et où l’on a eu droit à des bandes annonces très vagues, mais dans le pur style du réalisateur, et je ne vous raconte pas le jour où ils ont dévoilé la vrai bande annonce, je me l’a passais en boucle pendant des jours, tellement je ne pouvais plus attendre de voir ce film, dans cette bande annonce on y retrouvait tout ce que j’aime dans les films de science-fiction (univers original et très travaillé, effets spéciaux numériques tellement bien réalisés que l’on ne peut pas différencier les deux, et un vrai style visuel propre) surtout qu’ “Elysium” (dans le film, un anneau géant dans le ciel au-dessus de la terre ) ressemble comme deux gouttes d’eau à une même structure, d’une série de jeux vidéo dont je suis fan, il s’agit de “Halo” et c’est vrai que c’est dur de ne pas faire le rapprochement, car déjà le style visuel est assez proche et en plus Neill est un grand fan de Halo, et devait normalement réaliser un film estampillé “Halo” avant que Microsoft avorte sauvagement le projet, mais Neill Blomkamp avait réalisé un essai que vous pouvez retrouver sur Youtube qui est juste génial. Donc après avoir été viré du projet « Halo » il réalisa “District 9” et ensuite le film dont je vais parler aujourd’hui, “Elysium” et on va commencer tout de suite avec le premier point qui risque d’être aussi assez long, la réalisation !

Donc on commence avec ce premier point qu’est la réalisation, et comme je l’ai dit avant ,je suis un vrai fan du réalisateur ce n’est pas qu’à cause des histoires originales qu’il raconte, mais c’est aussi avec sa façon de filmer toutes ses scènes qui sont en plus d’être originales, est juste génial. Si vous n’avez jamais vu un film de Blomkamp je vous conseille de regarder “District 9” avant d’aller voir “Elysium”, car vous serez tout de suite habitué à son style, et pourrez en profiter pleinement ; avec ce film j’avais peur qu’il n’arrive plus à m’impressionner au niveau de la réalisation, mais heureusement il arrive toujours à trouver de nouveaux angles de vue pour une scène qui pourrait paraître banale, mais qui la rend tellement plus réaliste et agréable. Bien sûr il ne reprend pas les même choses qu’il avait déjà faites sur “District 9” comme le genre documentaire, qu’il a laissé tomber au profit d’une mise en scène purement cinématographique mais pas pour le moins originale. Donc je m’incline encore une fois devant ce maître de la caméra, qui n’a rien à envier à Spielberg, Lucas ou Cameron et qui joue dans la même cour que les « jeunes » réalisateurs tels qu ’Edgar Wright, J. J. Abrams ou encore Christopher Nolan. Et on passe tout de suite au deuxième point ;les acteurs.

Ainsi on arrive sur les acteurs, et pour ce point je n’ai pas grand-chose à dire à part que tous les acteurs (Matt Damon est très bon dans son rôle de Max, le personnage principal) jouent parfaitement leurs rôles, sans que j’ai eu à noter de fausses notes, bien sûr mon jugement ne peut pas être complet puisque malheureusement j’ai dû le voir en version Française (grrr quand est-ce que ces foutues salles de cinéma passeront les films dans leurs versions originales !) et donc je n’ai pas pu juger à 100 % le travail des acteurs. Une seule chose à noter c’est que l’on retrouve l’acteur Sharlto Copley qui n’était ni plus ni moins que le personnage principal de “District 9”, et cette fois-ci il joue une des Némésis du personnage principal, ce qui fait bizarre, car on déteste quelqu’un que l’on a supporté et encouragé tout en espérant qu’il arrive jusqu’au bout dans le film précédent. Et c’est ainsi que l’on passe au troisième point l’histoire.

Nous arrivons sur le point de l’histoire, donc comme vous le savez maintenant, je n’aime pas les centièmes suites et remakes de films qui se portaient très bien sans avoir de suites ou de remakes, souvent de qualités médiocres, je préfère les histoires et univers originaux, ce qui est assez rare de voir de nos temps au cinéma (et dans d’autres industries comme le jeu vidéo). C’est donc avec de grosses attentes que je suis allé voir ce film, et sur ce point je n’ai pas été déçu du tout, tout ce que la Bande-annonce promettait était dans le film puissance 1000, l’histoire est une claque dans la gueule, bien qu’il y ait quelques petit trous dans le scénario, l’histoire est vraiment bien et qui pourtant n’est pas loin de notre société actuelle, qui dénonce le système en général avec principalement l’accès aux soins prioritaire aux gens riches (surtout aux États-Unis et en Afrique du Sud d’où vient le réalisateur) l’histoire en plus d’être belle, est intelligente ,ce qui est rare pour un BlockBuster d’été. Bien sûr je ne vais pas trop en dévoiler pour vous laisser les belles, tristes ou drôles surprises qui vous attendent durant les 2 heures du film que l’on ne voit pas passer et je peux vous dire qu’à la fin j’avais la chair de poule pendant au moins les 30 minutes suivantes, tellement j’étais emporté dans le film et ne voulais pas en sortir. Et nous passons tout de suite au quatrième et avant-dernier point, les effets spéciaux !

Et nous sommes au quatrième point, les effets spéciaux que je place normalement dans la rubrique de la réalisation mais là j’étais obligé d’en parler plus en détail dans cette partie. Je ne vais pas faire un long paragraphe technique mais pour résumer, dans les films d’aujourd’hui il y a beaucoup d’effets spéciaux (FX) Numériques (créé par ordinateur) qui peuvent être un bon choix si deux choses sont réunies: premièrement si les gens derrière ont du talent et s’il y a assez de budget, si une de ces deux choses ne sont pas réunies (ce qui est malheureusement souvent le cas) on se retrouve avec des FX vraiment pourries ; alors qu’avant les films utilisaient beaucoup d’ «effets pratiques » (Maquettes, Modèles, Maquillages …) ce qui rendait les effets spéciaux plus réels car les objets étaient actuellement sur le plateau et les acteurs n’avaient pas à imaginer qu’il y avait un robot à un endroit, car il était actuellement là ; mais pourquoi je vous dis tout ça, c’est parce que dans les films de Neill Blomkamp les effets spéciaux (Numériques ou Pratiques) sont tellement bien fait que l’on a vraiment du mal à savoir si par exemple, les vaisseaux sont des modèles ou bien des effets créé par ordinateur et c’est le gage que des personnes de qualités et talentueuses sont derrière ce film ce qui en fait un film tout à fait impressionnant à tous les niveaux mais encore plus aux effets spéciaux. Et on passe donc au dernier point, la musique.

Ce cinquième et dernier point est la musique, et ici je n’ai pas beaucoup à dire, la musique était appréciable mais pas mémorable, par contre énorme travail sur les sons et tous les effets sonores tels que les machines, véhicules… ce qui rend le film et les effets visuels encore un peu plus réalistes et appréciables à regarder. Et on en a fini avec les descriptions et on passe tout de suite à la conclusion.

Qu’est-ce que je peut ajouté de plus qui vous feraient tout de suite acheter votre place de cinéma ? Je ne sais pas, mais tout ce que je peux vous dire c’est que ce film n’est pas un chef d’oeuvre de la science-fiction au même niveau que l’était “District 9” mais reste un bon film en général,il ne va peut être pas faire autant date dans le cinéma que son grand frère mais ce fut un film très plaisant qui plus est au cinéma. Et c’est ainsi que je vous dis à la prochaine, merci d’avoir lu jusqu’au bout, et surtout n’oubliez pas qu’il n’y a rien de mieux qu’une salle obscure pour profiter d’un film.

Axel (Critique du Blog)

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux:
Axel
Me retrouver

Axel

Le cinéma semble être une addiction dont on ne se débarrasse pas facilement. C'est pour partager cette passion que j'ai créé ce site, vous pouvez me lire dans les critiques que j'écris et aussi m'écouter dans les émissions audio produites par MoviesNerd.
Axel
Me retrouver
Axel

Axel

Le cinéma semble être une addiction dont on ne se débarrasse pas facilement. C'est pour partager cette passion que j'ai créé ce site, vous pouvez me lire dans les critiques que j'écris et aussi m'écouter dans les émissions audio produites par MoviesNerd.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *