• Cinéma,  Critiques,  Le Vidéo Club MoviesNerd

    Critique de “Nocturnal Animals” par E-Stark

    “Quand on trouve l’amour, on en prend soi. Ca n’arrive pas souvent.” Jake Gyllenhaal – “Nocturnal Animals” de Tom Ford (2017) J’attendais avec impatience le nouveau film de Tom Ford après l’excellent et poignant A Single Man. Malheureusement pour moi ce visionnage s’est avéré assez pénible, pour rester poli. Difficile de voir en Nocturnal Animals un film qui vous laisse un souvenir inoubliable tant ce dernier peine à convaincre, la faute à un scénario aussi creux que classique. Certes la narration est particulière et c’est sûrement, avec le casting, la seule chose intéressante à retenir du film. Tom Ford filme les clichés et l’ennui, mais il en oublie son spectateur.…

  • Cinéma,  Critiques,  Critiques au Cinéma

    Critique de “Batman v Superman : l’Aube de la Justice” par E-Stark

    “C’est un mensonge vieux comme l’Amérique, l’idée que le pouvoir puisse être innocent.” Jesse Eisenberg – “Batman v Superman : l’Aube de la Justice” de Zack Snyder (2016) Au même titre qu’Avengers en 2012 pour les mordus de comics Marvel, Batman v Superman : l’Aube de la Justice, des DC comics, était attendu comme le messie. L’affrontement entre les deux figures emblématiques était un rêve que le grand écran n’avait encore jamais porté. Mais pourtant le film divise, et ce n’est pas aussi illégitime que cela. Les spoilers dans cette critique vont sûrement proliférer, vous voilà prévenus. Man of Steel en 2013 n’avait pas fait l’unanimité. Le film était imparfait…

  • Cinéma,  Critiques,  Critiques au Cinéma

    Critique de “Big Eyes” par E-Stark

    “Les yeux sont les fenêtres de l’âme.” Amy Adams dans le rôle de Margareth Keane – “Big Eyes” de Tim Burton (2015) Il fut un temps où Tim Burton était un poète visuel et sombre, puis la plèbe lui demanda de changer de disque … Tim Burton s’exécuta. Ce que l’on reproche à Tim Burton depuis quelques années, c’est d’être répétitif et sans inspiration. Pourtant lorsque l’on y regarde bien, on s’aperçoit que le réalisateur devient seulement plus subtil dans sa manière de narrer ses histoires. Adepte des sous-textes, il nous a offert le formidable “Charlie et la Chocolaterie”, véritable métaphore du danger de la pédophilie avec le rapport du…