Critique de “Divergente 2 : L’Insurrection” par E-Stark

tris-new-insurgent-hair-860x442

kate-winslet-in-insurgent-movie-5“Lorsque l’on représente la dernière des civilisations, la paix est une obligation.”

Kate Winslet – “Divergente 2 : L’Insurrection” de Robert Schwentke (2015)

Après un premier opus sans grosse ambition mais pas honteux pour autant, voilà que débarque “Divergente 2 : L’Insurrection”. Emporté par un nouveau réalisateur, ce second film laisse place à plus de grand spectacle et reprend l’histoire là où elle s’arrêtait. Pas de grosses surprises à l’horizon, mais toujours de bonnes intentions.

Malheureusement les bonnes intentions ne font pas tout, et à l’instar du premier volet, “Divergente 2” fait les frais des codes qui incombent le genre. On dénombre tout de même quelques qualités au film, notamment visuellement car c’est très beau. Quant au traitement de l’histoire s’il s’avère simplet, il n’en demeure pas moins efficace. La psychologie des personnages est également travaillée, même si le casting peine parfois à convaincre, mais j’y reviendrais…
divergent-series-insurgent-recap-review-shaileneUne chose m’a frappé, c’est la violence. Attention rien de bien choquant, mais étant donné le public visé, il est assez surprenant de voir un blockbuster teenage Américain, montrer les choses d’une telle manière. Une agréable surprise tout de même.
Un autre point intéressant, c’est évidemment l’aura féministe qui englobe le film. Il est très appréciable de voir des femmes fortes et qui castagnent sans vergogne la gente masculine. Vous êtes bad-ass mesdames ! Plus subtilement on peut aussi noter le bon traitement accordé au personnage de Tris, une héroïne attachante face à des choix délicats. Le bien et le mal s’affrontent dans ce film, au travers de ce personnage simplet mais qui fonctionne parfaitement.

Le casting j’en parlais, peine à convaincre par moment. Si la belle Shailene Woodley trouve parfaitement sa place, on ne peut pas vraiment dire que son bellâtre de petit copain (Theo James) soit à la hauteur, déjà très en demi-teinte dans le premier volet, il n’impose presque plus rien ici. Miles Teller que l’on a vu dans l’excellent “Whiplash”, peine lui aussi à trouver sa place, et fait plus office de petite tête à claque qu’autre chose. Ansel Elgort quant à lui, n’est pas assez présent à l’écran pour délivrer quoi que ce soit.
Du côté des actrices qui ont déjà fait leurs preuves on retrouve la magnifique Kate Winslet, toujours aussi à l’aise dans son rôle de méchante. Naomi Watts rejoint aussi le casting, et ce n’est pas pour le pire, bien au contraire. Abandonnant ses cheveux blonds pour devenir brune, elle incarne parfaitement son personnage, bien que celui-ci ne soit pas le plus intéressant il faut bien l’avouer.

Insurgent-Trailer

Robert Schwentke signe donc ici (après Neil Burger), une suite sans surprise mais plutôt efficace. Un film qui se laisse suivre sans trop de déplaisir, mais qui sera sûrement vite oublié … jusqu’à ce que sorte le prochain.

Ma note : 6/10

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux:
E-Stark
Me retrouver

E-Stark

Cinéphile parfois cinéphage, j'aime écrire et lire des critiques. Je voue un véritable culte à Terrence Malick et Tim Burton, mais je suis d'une manière générale assez éclectique en matière de cinéma.

Bonne lecture ... ou pas !
E-Stark
Me retrouver
E-Stark

E-Stark

Cinéphile parfois cinéphage, j'aime écrire et lire des critiques. Je voue un véritable culte à Terrence Malick et Tim Burton, mais je suis d'une manière générale assez éclectique en matière de cinéma. Bonne lecture ... ou pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *