Critique de “Mad Max: Fury Road” par Axel

Mad MaxÊtes-vous assez fou ?

Faire une critique de Mad Max : Fury Road en juin, c’est comme fêter Noël en janvier, il y a un truc qui ne va pas. Mais voilà étant un très grand fan de la saga Mad Max, et n’ayant toujours pas eu la chance de visionner cette nouvelle incarnation de la licence, c’est tout seul dans la salle de cinéma que je me suis installé pour enfin voir de mes propres yeux ce que valait véritablement ce film qui a tant charmé les cinéphiles du monde entier.

Georges Miller est de retour derrière la caméra, et après 30 ans d’absence de la licence, il nous revient encore plus inspiré que jamais pour nous pondre de magnifiques scènes d’actions, qui resteront à jamais gravé dans votre mémoire, d’une part pour la technique et la réalisation de ces dites séquence qui sont à couper le souffle. Et d’autre part, par l’effet de réalisme que tous les blockbusters des dix dernières années ont réussi à nous faire oublier à coup d’effet numérique et de cascades réalisées par des mannequins numériques,  ici beaucoup, voir toutes les cascades effectuées dans le film ont véritablement été réalisées par des acteurs, il n’y a pas de scène d’action créé par ordinateur, tout est vrai et ça se sent.

Des scènes d’action à couper le souffle !

Beaucoup de monde a dit à la sortie du film qu’il révolutionnait le cinéma d’action, je ne dirais pas qu’il le révolutionne mais plutôt qu’il le sublime même si, je trouve qu’il est un peu tôt pour le qualifier ainsi et qu’il faudrait lui laisser quelques années d’existence et de maturité avant de pouvoir véritablement affirmé cela. L’ambiance comme dans tous les Mad Max est très réussie, on sent que l’on est dans un monde post apocalyptique, avec plus ou moins aucun espoir de survie à long terme, dans lequel il faut vivre au jour le jour pour espérer voir la lumière du jour suivant, c’est un combat de tous les instants et le film nous le fait ressentir à la perfection, on arrive presque à sentir la poussière du désert aride sur nos paupières lors du visionnage, d’ailleurs lors des scène d’action on a l’impression de ne pas cligner des paupières pendant plusieurs minutes du au nombre simplement hallucinant de choses qui se passent à l’écran.

L’histoire est passionnante à suivre et pourtant c’est le seul point sur lequel j’avais un peu peur d’être déçu, bon ne cherchez pas non plus une réponse au sens de la vie dans le scénario de Mad Max, mais ce n’est pas non plus abrutissant comme nombre de blockbuster actuel. Il réfléchit sur l’exploitation des femmes qui malheureusement existe encore actuellement dans certains pays, ainsi que le problème des sectes/religions avec des fidèles prêt à tout pour suivre leur grand maitre dans les excès les plus dingues pour une promesse d’une vie meilleure après la mort. Donc non Mad Max ce n’est pas qu’un film post apo avec des voitures qui explosent, il y a une réflexion assez intéressante derrière ce long métrage, Mad Max c’est un peu le seul film qui me fait m’intéresser aux voitures parce qu’il ne propose pas que ça et que l’univers est assez intéressant pour me faire rentrer dedans, sinon en dehors de cette franchise je déteste tous les films de bagnoles, qui m’emmerde à un point que vous ne pouvez même pas concevoir.

Une réflexion sur les abus sur les femmes dans certains pays.

Les deux personnages principaux qui sont Max, interprété avec brio par Tom Hardy qui remplace avec merveille Mel Gibson, et Furiosa incarnée par la talentueuse Charlize Theron qui donne de sa personne pour rendre le personnage très attachant mais qui reste Bad Ass malgré tout. Le duo fonctionne extrêmement bien, l’alchimie est là dès le début, et on prend plaisir à voir l’évolution de ses personnages ainsi que celle de leur relation tout au long du film. Ils ont aussi rendu le personnage de Max beaucoup plus fou et perturbé suite à la perte de sa famille que dans les films originaux, cela se caractérise par des scènes hallucinatoires où l’on rentre dans la psyché du personnage dont on ne ressort pas indemne, mais qui sont d’une maîtrise à couper le souffle. Les personnages secondaires sont très bien écrits ayant chacun une personnalité propre à eux qui permet de s’attacher à chacun d’entre eux de différentes manières. Le grand méchant du film interprété par Hugh Keays-Byrne, qui avait interprété aussi interprété le grand méchant du premier film Mad Max de 1979 qui s’appelait « ToeCutter » ici son nom est « Immortan Joe » pour savoir si il s’agit de la même personne ou de deux personnes totalement différentes, il vous faudra acheter votre ticket de cinéma pour le savoir, ou pour ne pas le savoir. Pour revenir à la performance de Hugh Keays-Byrne, il incarne « Immortan Joe » à la perfection à chaque fois qu’il apparait à l’écran il fait froid dans le dos ce qui est signe d’un grand méchant de cinéma, qui va sûrement rester culte pendant plusieurs années après la sortie du film.

Une femme forte et un homme fort s’entraidant, merci Georges Miller de prouver que cela peut fonctionner à merveille au cinéma.

Avant de finir je voudrais rapidement parler de la bande originale du film qui est une merveille, remplie de morceaux épiques qui vous feront trembler dans votre siège, elle est assez unique et ne ressemble pas à beaucoup d’autres B.O ce qui augmente encore plus sont facteur qualitatif, elle est composé par Junkie Xl qui depuis quelques années compose de la musique de film par exemple « 300 : La naissance d’un empire » ou prochainement « Batman v Superman » en partenariat avec Hans Zimmer (comme il l’avait fait pour Man of Steel). Ici il signe une B.O dont on se souviendra longtemps et qui, après « Tomorrowland » qui est mon premier choix, est la deuxième meilleure bande originale que j’ai entendue cette année.

Pour conclure, je dirais que j’ai énormément apprécié « Mad Max : Fury Road », déjà pour son action incroyable quasiment non-stop, mais pas uniquement, parce qu’il y a aussi toute l’intrigue et les personnages que l’on suit avec un très grand plaisir dans cette univers aride et sec. Bref un film dont vous ne ressortirez pas indemne, tout en ayant une quantité astronomique de scènes mémorables qui resteront à jamais gravé dans votre tête.

Axel

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux:
Axel
Me retrouver

Axel

Le cinéma semble être une addiction dont on ne se débarrasse pas facilement. C'est pour partager cette passion que j'ai créé ce site, vous pouvez me lire dans les critiques que j'écris et aussi m'écouter dans les émissions audio produites par MoviesNerd.
Axel
Me retrouver
Axel

Axel

Le cinéma semble être une addiction dont on ne se débarrasse pas facilement. C'est pour partager cette passion que j'ai créé ce site, vous pouvez me lire dans les critiques que j'écris et aussi m'écouter dans les émissions audio produites par MoviesNerd.

3 commentaires

  1. oui c’est vrai que la B.O rajoute enormement a la qualité du film et petite anedocte quand je suis allé voir le film des le debut du film il y avait a quelque places de moi le relou de service qui a commencé parlé pendant l’intro du film, mais comme le film apres une phrase d’intro a demarré fort au niveau sonore, la voix du relou a été completement etouffé malgré ses efforts pour essayé de communiqué avec son voisin, puis l’action du film etant prenante il est resté silencieux jusqu’a la fin.

    sinon pour revenir au film mad max fury road que j’ai egalement beaucoup apprecié si ce n’est le coté plastique du scenario ” mais ou veulent ils en venir?” aussi je dirais que mad max avant le denouement finale a été le seul personnage qui ne me semblait pas fou. tout le monde autour de lui etait fou:

    – l’imperator furiosa: pour son plan kamikaze et en plus sans verifier l’existence de sa destination

    – les cinq graces: qui s’enfuient avec furiosa du seul endroit du desert voir de la planete ou il y a de la vegetation, du confort, la sécurité, a boire et a mangé dans un loft avec des serviteur meme si elles sont captives et violées par immortan joe.

    – les war boys: embobiné jusqu’a donner leur demi vie a la premiere occasion

    – le peuple de la citadelle: embobiné par immortan, mendiant de l’eau et souffrant apparement de multiples problemes de santés

    – immortan joe: que le pouvoir a rendu fou, et qui perd les pedales a vouloir a tout prix recuperer ses pondeuses.

    la ou mad max est vraiment max le fou c’est au denouement, alors qu’ils etaient libre et en toute sécurité, c’est lui qui suggere de retourner a la citadelle par le meme chemin apres tout ce qu’il a subit la bas et pendant la course poursuite, pour au final choisir lui meme de ne pas en profiter car il disparait dans la foule pendant que furiosa et les graces montent sur le trone de la citadelle.

    • Merci pour ton avis sur le film très détaillé cela fait extrêmement plaisir de voir des lecteurs tout aussi passionnés que nous et ça nous donne vraiment du baume au cœur, concernant le voisin relou il est vrai qu’heureusement pour toi et les autres spectateurs toutes la partie sonore est très travaillé au point que le niveau sonore est vraiment fort sans pour autant donner mal aux oreilles. Quand je disais dans ma critique que Max est fou, tu fait très bien de me corriger là-dessus, car ce que je voulais souligner par ce point est qu’il a des hallucinations par rapport à la perte de ses proches qui le hantait, mais tout ce que tu as développé dans ton commentaire est vrai et très intéressant donc je t’en remercie encore une fois.

  2. merci, oui le son est puissant et jamais desagreable, et oui mad max a des flash sur son trauma passé. c’est je pense pour cela qu’il fuit tout le monde alors que manifestement dans ce monde post apocalyptique la survie c’est d’intégrer un clan (ps je n’ai que de vagues souvenir des premiers mad max). c’est peut etre aussi cela sa plus grande folie: vouloir la solitude dans un monde ou tout le monde choisi un clan pour attaquer les autres afin de tout leur prendre vehicule, carburant, arme, habit, cheveux, organes, foetus, sang, ect

Laisser un commentaire