Critique “Le Monde de Dory” par E-Stark

flex_tablet_findingdory_v2_4383b916

FindingDory_Trailer1

“- Pourquoi est-ce qu’à chaque fois que l’on est au bord d’un récif, il faut qu’il y en est un qui prenne le large ? On ne pourrait pas se contenter de jouir de la vue ?

 – Tu me parles de la vue alors que je viens de te dire que je me souviens de mes parents ?!”

Céline Monsarrat (Ellen DeGeneres en VO) et Franck Dubosc (Albert Brooks en VO) les VF de Dory et Marin – “Le Monde de Dory” de Angus MacLane et Andrew Stanton (2016)

Dory fait partie de ces personnages secondaires qui ont marqués tout un public, ces personnages dont les répliques vous accompagnent au quotidien. Ces personnages secondaires qui finalement volaient presque la vedette aux principaux.

Il était donc tout à fait logique que Disney et Pixar mettent en scène un long-métrage sur Dory, le studio Pixar n’étant pas vraiment dans une période créative depuis quelques temps et préférant la sécurité en se concentrant sur des suites de leurs grands succès. Hormis l’excellent Vice-Versa évidemment, Le Voyage d’Arlo n’étant pas à la hauteur des attentes malgré ses prouesses visuelles.

Finding-Dory-2016Ainsi Le Monde de Dory voit le jour et s’impose d’ors et déjà comme un futur succès au box-office. Que cela soit mérité ou non, ce n’est pas vraiment la question. Le Monde de Dory est-il vraiment une nouvelle suite réussie à l’image de Toy Story 2 ou bien s’inscrit-il dans la lignée bien moins glorieuse des Cars 2 et compagnie ?
A vrai dire il s’agit d’un peu des deux, si en effet Le Monde de Dory s’avère assez fort dans ses thématiques, il n’en demeure pas moins que la finalité de son histoire s’avère assez vaine, ne faisant que surfer sur l’attractivité du personnage. Néanmoins il faut aussi avouer que revoir toute cette panoplie de protagonistes, Némo, Marin, M. Raie et évidemment Dory, s’avère être un vrai moment de bonheur. C’est un peu comme retrouver de vieux amis et les studios le savent très bien, ces personnages plaisent.

Finding+Dory+International+Pixar+Post+2L’aventure quant à elle se montre assez riche en péripéties et généreuse en divertissement. L’idée du Centre de Biologie Marine permet d’explorer de nouvelles thématiques, on place le spectateur dans la peau des animaux face à ceux qui veulent les défendre. Dans l’idée c’est assez intelligent d’aborder ce genre de thématiques, encore faut-il que le plus jeune public les assimile. Évidemment le message sur la famille est très présent et somme toute très bien amené aussi, bien que là où la thématique de la paternité faisait tout le sel du Monde de Némo, la famille n’est qu’un prétexte dans Le Monde de Dory. Bien entendu l’ensemble est servi par toute la galerie de personnages que l’on connaît déjà, mais aussi des nouveaux qui s’avèrent eux-aussi très sympathiques. Hank le poulpe et Destinée le requin-baleine en tête.

Forcément il est impossible et surtout impensable de parler du Monde de Dory sans aborder toute la technique visuelle du film. Encore une fois les studios Pixar prouvent qu’ils sont les meilleurs en la matière en nous proposant des univers riches et colorés, dans lesquels les émotions des personnages se traduisent à travers les décors. C’est parfois tellement beau et réaliste que l’on pourrait se méprendre sur certains plans larges.
Thomas Newman quant à lui nous gratifie une nouvelle fois d’une bande-originale superbe dont il a le secret. On ressent parfaitement à travers les sons la dimension aquatique du film, accordant une grande importance à l’ambiance, le compositeur sait mettre en avant certains instruments plus que d’autres pour aider à l’immersion.

Armé d’un humour ravageur sans laisser pour autant la pure émotion de côté, Le Monde de Dory s’avère être une suite assez honnête bien que peu originale. Si l’utilité ou l’inutilité du film est en effet une vraie question que l’on peut se poser, le plaisir est pourtant bien présent. Les plus petits vont sûrement adorer !

Ma note : 7,5/10

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux:
E-Stark
Me retrouver

E-Stark

Cinéphile parfois cinéphage, j'aime écrire et lire des critiques. Je voue un véritable culte à Terrence Malick et Tim Burton, mais je suis d'une manière générale assez éclectique en matière de cinéma.

Bonne lecture ... ou pas !
E-Stark
Me retrouver
E-Stark

E-Stark

Cinéphile parfois cinéphage, j'aime écrire et lire des critiques. Je voue un véritable culte à Terrence Malick et Tim Burton, mais je suis d'une manière générale assez éclectique en matière de cinéma. Bonne lecture ... ou pas !

2 commentaires

  1. Bien que ce ne soit pas mon Pixar préféré, j’aime beaucoup “Le monde de Némo” que j’ai revu il y a peu avec beaucoup de plaisir. Du coup, j’ai hâte de découvrir cette suite en espérant que Dory ne soit pas trop relayer au second plans au profit de nouveaux personnages moins attachants…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *