Critique de “Love, Simon” par Quentin

Quentin
Me retrouver

Quentin

18 ans. Poufsouffle un peu trop accro au 7ème art, au citron et à Depeche Mode.
Ma cinéphilie vogue entre Titanic, La Belle et la Bête et les fantasmes de Tim Burton.
Quentin
Me retrouver

Je pourrais parler de Love, Simon d’un point de vue purement technique, aborder sa douce photographie presque sucrée dans laquelle il baigne ; je pourrais également tarir Nick Robinson de moult éloges pour sa prestation si juste et naturelle du personnage éponyme, ou remercier cent fois Greg Berlanti, le metteur…

Continuer la lecture