Critique d’Alexandre (2005) par Morgan

Alexandre

Alexandre est un biopic sur la vie d’Alexandre III de Macédoine, connu sous le pseudonyme d’Alexandre Le Grand. Réalisé par Oliver Stone en 2004 pour sortir en salle en 2005, je pense qu’il est l’un des moins réussi de sa carrière, en matière de biopic en tout cas. Oliver Stone est l’un des meilleurs réalisateurs de ce genre, je pense à The Doors ou encore JFK, mais parfois il se plante, pas au point de faire un film à mettre à la poubelle mais quand même, ça déçoit quand on connait son talent.

 

Le problème avec Oliver Stone, que j’ai noté aussi dans son film W, c’est qu’il aime insisté sur certains aspects de la personnalité des personnages (personnes) qu’il traite. Dans W il insiste sur l’alcoolisme de Bush, comme si on était trop bête pour comprendre, et ici c’est la bisexualité d’Alexandre (Colin Farrell), qui paraît assez ambiguë mais à force d’insister on finit par perdre cette ambiguïté, pourtant ça aurait été intéressant de jouer en zig-zag avec son orientation sexuelle. C’est à se demander si il n’a pas coupé une ou deux scènes de sexe avec Héphaestion (Jared Leto) ou un de ses servants perses… Bref on a compris qu’il aimait son beau général ça ne sert à rien de nous faire des dialogues et scènes qui cassent tout le rythme du film, rythme d’ailleurs qui jongle entre l’ennuie profond pour des éléments de sa vie dont on se fout un peu et des scènes intenses et rapides. La première scène avec sa mère est bien trop longue par exemple, surtout que le rapport maternel revient tout au long du film alors quel intérêt d’insister autant dès le début si cela revient constamment, je ne dis pas que le rapport à sa mère n’est pas important, au contraire il est primordial car c’est l’un des éléments principales de sa vie, ce qui explique son rapport aux femmes et la confiance qu’il peut leur donner. Mais à côté de ça on a des scènes de batailles épiques, qui montrent le brillant stratège qu’était Alexandre malgré certains échecs.

Casting des acteurs principaux

Casting des acteurs principaux

Mais la chose qui m’a le plus choqué; pourquoi attendre la bataille en Asie contre les éléphants pour voir Oliver Stone à l’oeuvre ?! Franchement, au niveau de la mise en scène ça reste assez banale avant cette scène, on a un travail ordinaire, et d’un coup… BOUM… Stone joue avec des filtres rouges, des plans saccadés et des ralentis sur des plans si magnifiques que l’on aurait pu observer sur des tableaux de la Renaissance, je pense notamment au face à face entre le cheval d’Alexandre et un éléphant. En fait, on a l’impression que ce n’est pas lui qui réalise le film avant ça, ce qui est dommage. De même certains décors sont clairement visibles comme images de synthèse, Troie de Wolfgang Petersen est sorti un an auparavant et reste bien plus réaliste sur les aspects des cités et des décors…

Plan de la bataille en Asie qui pourrait être fait en peinture tant l'arrêt sur image est spectaculaire.

Plan de la bataille en Asie qui pourrait être fait en peinture tant l’arrêt sur image est spectaculaire.

 

Alexandre n’est pas un chef d’oeuvre mais il reste quand même intéressant à regarder, mais Oliver Stone ferait mieux de rester sur de sujets d’époque contemporaine car il les maîtrise beaucoup mieux. Un mélange de péplum, d’histoire gay, d’Asie, de romance et de folie, c’est un peu ce que j’ai retenu de ce film.

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux:
Morgan
Me retrouver

Morgan

Morgan, 22 ans (1992), étudiant en licence de cinéma à Lille 3, je suis passionné par le cinéma, les comics, les jeux vidéos, la paléontologie et bien d’autres choses. Quand je vois mes goûts cinématographiques ou musicaux, j’ai l’impression d’être resté bloqué dans les années 80 et 90, mais bon j’ai pas l’impression d’être le seul, on est beaucoup à avoir grandit avec Spielberg et du coup on ne veut pas grandir.
Morgan
Me retrouver
Morgan

Morgan

Morgan, 22 ans (1992), étudiant en licence de cinéma à Lille 3, je suis passionné par le cinéma, les comics, les jeux vidéos, la paléontologie et bien d’autres choses. Quand je vois mes goûts cinématographiques ou musicaux, j’ai l’impression d’être resté bloqué dans les années 80 et 90, mais bon j’ai pas l’impression d’être le seul, on est beaucoup à avoir grandit avec Spielberg et du coup on ne veut pas grandir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *