Critique de “Le Hobbit : La Bataille des cinq armées” par E-Stark

maxresdefault

the-hobbit-the-battle-of-the-five-armies-image-martin-freeman-600x371“Un jour je me souviendrais, de tout ce qui s’est passé. De bon mauvais, de mauvais. De ceux qui ont survécus, ou n’ont pas survécus.”

Martin Freeman – “Le Hobbit : La Bataille des cinq armées” de Peter Jackson (2014)

J’attendais avec impatience le dernier épisode de la trilogie du “Hobbit”. Bien que le premier film demeurait assez bancal, le second était en revanche bien plus convaincant. “La Bataille des cinq armées” est censé faire office de dernier adieu à la Terre du Milieu pour le public. Bien que l’on puisse toujours se plonger dans la trilogie de l’Anneau ensuite.

HBT3-fs-340682.DNGQue dire de ce dernier film alors ? Et bien il commence en beauté avec l’attaque du dragon Smaug sur Lacville. L’heure de gloire de Bard l’Archer vient de sonner, c’est lui qui vaincra l’affreuse bestiole. Luke Evans est d’ailleurs assez impressionnant de justesse dans cette composition héroïque, de plus il est magnifié par la mise en scène dantesque de Peter Jackson.
L’attaque de Smaug possède quelque chose d’assez terrifiant, très fidèle à tout ce que le dragon pouvait justement raconter à Bilbon lors de leur entrevue dans les mines d’Erebor, lors de l’épisode précédent.
On peut d’ailleurs noter que l’une des qualités du film, c’est d’avoir des scènes d’action lisibles, ce qui est vraiment un plus en terme d’appréciation de ce grand spectacle. Howard Shore accompagne tout cela avec une bande-originale parfaitement dans la plaque, à la fois majestueuse et épique. Niveau sonore, plus le film avance et plus on se rapproche des thèmes bien distinctifs du “Seigneur des Anneaux”.
THE HOBBIT: THE BATTLE OF FIVE ARMIESCar d’ailleurs ne l’oublions pas, mais “La Bataille des cinq armées”, a beau être le dernier film de Peter Jackson sur l’univers de Tolkien, ce métrage a également la lourde tâche d’assurer la transition vers la quête de l’Anneau Unique.
De ce côté là on peut dire que Jackson fait son job, et il parvient à insérer parfaitement les éléments qui servent cette transition. Cela ne tient parfois qu’à de simples petites phrases, mais elles sont là.

Malheureusement “La Bataille des cinq armées” n’est pas un final si parfait que cela, bien au contraire. En terme d’action le film fait clairement son oeuvre, c’est indéniable. La bataille a beau ne pas être si épique que cela, elle demeure tout de même un standing au-dessus de tout ce que l’on peut voir actuellement. Jackson sait faire de l’épique et le mettre en scène, on ne peut pas lui enlever cela. En revanche, malgré toute la bonne volonté du réalisateur, ce dernier est bel et bien arrivé au bout de son sujet. Démontrant que l’adaptation du “Hobbit” tenait largement en deux gros long-métrages plutôt qu’en trois.
THE HOBBIT: THE DESOLATION OF SMAUGLa scène d’ouverture pouvait par exemple être contenue à la fin de “La désolation de Smaug”, le seul choix de la montrer ici, au début de ce troisième volet, réside dans l’intention de garder une part de “conclusion” à ce dernier film. Une fois Smaug vaincu, il faut bien avouer que la bataille qui doit survenir, ne tient pas à grand chose. Il s’agit d’un simple combat pour un trésor, et cela n’offre pas suffisamment d’enjeux pour créer une vraie tension.
Les enjeux sont moindres que ceux qui incombent “Le Retour du Roi” par exemple, cependant la véritable utilité de cette bataille, va être d’assurer un peu plus la transition vers “Le Seigneur des Anneaux”, tout en terminant avec les personnages du “Hobbit”. L’histoire a pourtant beau être mince dans ce dernier film, la narration est décousue et certains détails manquent.
The-Hobbit-The-Battle-of-the-Five-Armies-Trailer-Evangeline-Lilly-as-TaurielUne nouvelle fois, si Jackson ne prend pas toujours de gants et tombe parfois dans la surenchère, voir la grandiloquence comme en témoignent les scènes avec Legolas, le réalisateur offre cependant son quart d’heure de gloire à chacun des protagonistes. Le seul problème ici réside dans l’émotion du récit. Avoir près d’une quinzaine de personnages principaux depuis trois films, ne facilite pas la tâche du metteur en scène, qui malgré toute sa bonne volonté, peine à rendre ces protagonistes pleinement attachants. Si bien que même lorsque certains d’entre-eux, qui sont là depuis le début lors de la réunion chez Bilbon, viennent à trépasser héroïquement, l’émotion elle, n’est pas toujours au rendez-vous.
Visuellement, certains détails un peu cheap subsistent, mais dans l’ensemble le film offre tout de même un spectacle de qualité. Jackson fait du beau cinéma, cela ne fait aucun doute. Côté casting on retrouve toute la galerie d’acteurs habituelle. Si une nouvelle fois, Freeman, Armitage et McKellen tirent leur épingle du jeu, il ne faut pas non plus oublier Luke Evans qui signe une belle composition, ainsi que Evangeline Lilly, étonnante de délicatesse. Orlando Bloom quant à lui, s’amuse apparemment comme un fou, ses scènes sont peut-être très surréalistes, mais demeurent dans l’ensemble ultra jouissives.

screen-shot-2014-11-08-at-2-27-24-am-breakdown-of-the-hobbit-battle-of-five-armies-trailer-possible-spoilers

Il ne fait aucun doute que si ce dernier film s’avère être en demi teinte, cela vient notamment des coupes faites au montage final, ces dernières sont visibles. Cependant une version longue viendra sûrement combler tout cela, alors patience. Malgré tout, pour un final épique, le spectateur était en droit d’en attendre plus. Peter Jackson a commencé de manière bancale sa trilogie du “Hobbit”, et la termine de la même façon. En somme chacun de ces trois films sont plaisants, malgré des maladresses indéniables. Je cours revoir “Le Seigneur des Anneaux” !

 

Ma note : 7/10

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux:
E-Stark
Me retrouver

E-Stark

Cinéphile parfois cinéphage, j'aime écrire et lire des critiques. Je voue un véritable culte à Terrence Malick et Tim Burton, mais je suis d'une manière générale assez éclectique en matière de cinéma.

Bonne lecture ... ou pas !
E-Stark
Me retrouver
E-Stark

E-Stark

Cinéphile parfois cinéphage, j'aime écrire et lire des critiques. Je voue un véritable culte à Terrence Malick et Tim Burton, mais je suis d'une manière générale assez éclectique en matière de cinéma. Bonne lecture ... ou pas !

Laisser un commentaire