Critique de “Crimson Peak” par E-Stark

crimson-peak-poster-943482

3042494-poster-p-1-del-toro-you-love-is-back-in-crimson-peak-and-jessica-chastain“Prends garde à Crimson Peak !”

“Crimson Peak” de Guillermo Del Toro (2015)

Après un Pacific Rim beau et divertissant à défaut d’avoir grand intérêt, Guillermo Del Toro revient avec Crimson Peak. Un film qui selon toutes vraisemblances proposait des thématiques intéressantes et un travail technique assez bluffant.

1280x720-RFGPourtant quand on regarde Crimson Peak ce qu’il s’en dégage c’est une pauvre sensation de voir quelque chose d’efficace mais inégale, emballée dans le plus beau des papiers cadeaux.
Tout commençait pourtant si bien, une ouverture léchée et mystérieuse, un développement des personnages convaincant, des couleurs chaudes ou lustrales nuancées par l’ultra-violence de certains passages. Tout laissait présager un conte gothique et fantastique dans lequel les fantômes auraient une vraie place.

Malheureusement ce qui fait la force de Crimson Peak visuellement, demeure aussi être sa faiblesse narrative. Les apparitions fantomatiques ont beau à elles seules renouveler un genre entier, leur utilité laisse en revanche à désirer, et c’est bien là le problème du film. Il ne justifie sa splendeur visuelle par aucune écriture convaincante, et ce n’est pourtant pas faute d’avoir tout ce qu’il faut sous la main.

crimson-peak-11-2Del Toro aurait apparemment passé plusieurs années à écrire le film, force est de constater qu’il n’était pas très inspiré. Les personnages manquent pour la plupart d’épaisseur et les retournements sont prévisibles. Seules restent les interprétations des acteurs, globalement toutes bonnes voir excellentes. Mia Wasikowska sied parfaitement au rôle de la jeune héritière angélique et torturée, quant à Tom Hiddleston il parvient à imposer beaucoup grâce à un charisme indéniable. Mais celle qui tire son épingle du jeu c’est évidemment Jessica Chastain. Machiavélique, vénéneuse et toute en subtilité, l’actrice (qui d’ailleurs est à n’en plus douter la meilleure de cette décennie) insuffle tout cela à son personnage parvenant à la rendre presque touchante et belle dans sa démence.

Mais de bons acteurs pour une histoire aussi simple et attendue, cela laisse une impression de gâchis. Entre les facilités d’écritures et de narrations, le film souffre aussi d’un rythme chaotique. Même si le final, bien qu’attendu, demeure efficace et beau, on peut regretter que le film commence à s’essouffler lors de l’arrivée d’Edith à Allerdale Hall, là où toute la mise en place réussie aurait dû s’envoler pour laisser place à la noirceurs des décors et à la terreur de ce conte qui au départ promettait pourtant beaucoup de choses.

CrimsonPeak_trailer

Bien qu’il ne demeure pas réellement mauvais, Crimson Peak n’en n’est pas moins un film décevant. Del Toro s’il confirme qu’il est un véritable maître du visuel et de la mise en scène, peine à convaincre par un trop plein de facilités, là où l’on était en droit d’attendre ce qu’un conte gothique a de plus beau et intense à offrir. Dommage …

Ma note : 6/10

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux:
E-Stark
Me retrouver

E-Stark

Cinéphile parfois cinéphage, j'aime écrire et lire des critiques. Je voue un véritable culte à Terrence Malick et Tim Burton, mais je suis d'une manière générale assez éclectique en matière de cinéma.

Bonne lecture ... ou pas !
E-Stark
Me retrouver
E-Stark

E-Stark

Cinéphile parfois cinéphage, j'aime écrire et lire des critiques. Je voue un véritable culte à Terrence Malick et Tim Burton, mais je suis d'une manière générale assez éclectique en matière de cinéma. Bonne lecture ... ou pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *