Critique de “Jingle all the way” par Axel

jingle all the way

Bonjour,

La critique qui va suivre est le démarrage d’une grande suite de critique qui concerne les films de Noël que j’ai pu voir à cette période mais pour lesquels je n’ai pas eu le temps de faire la critique, je peux vous le dire tout de suite j’ai vu énormément de films qui prennent place à cette période de l’année, et quoi de mieux pour commencer cette suite de critique spécial Noël qu’un film avec le meilleur acteur Autrichien, vous l’avez deviné il s’agit du Governator lui-même, Arnold Schwarzenegger. Et oui Arnold a joué dans un film de Noël, il s’agit du film « Jingle all the way » qui en France est nommé « La course au jouet ». Je ne vais pas trainer plus longtemps avec l’introduction, et commencer tout de suite la critique.

Je commence avec la réalisation, ce film fut réalisé par le grand réalisateur Bryan Levant qui nous a offert des chefs d’œuvres tels que Beethoven ou encore les deux films live des Pierrafeu, si vous ne l’avez pas encore deviné je déconnais et vous vous y attendez, ce film n’est absolument pas une merveille de réalisation, le réalisateur fait dans le plus grand classicisme mais sans aucune passion ou ingéniosité. Je n’ai vraiment pas grand-chose à dire sur la réalisation, ce n’est ni bon ni mauvais, excepté pour la dernière partie du film qui est plus « action » la réalisation et le montage est vraiment mauvais. Ceci dit on passe au prochain point, peut être le meilleur point.

Ce deuxième point concerne les acteurs, donc tout de suite je vous le dis comme si c’était une honte pour moi, mais je suis vraiment fan de Schwarzenegger, pour moi il incarne un pan de ma culture cinématographique en incarnant les personnages les plus charismatiques à la perfection tel que Conan, Terminator ou encore Dutch dans Predator. C’est simple même si Schwarzenegger joue dans une daube, je ne pourrais jamais dire que le film en est une car il a déjà un bon point avec Arnold, donc dans Jingle all the way c’est le fait qu’il soit dedans et qu’il sorte de bons vieux « One Liners » y compris la célébrissime phrase qu’y est la seule chose que tout le monde qui a vu le film en VO se souviennent « Put that cookie down !…. Now ! » Qui fut repris des millions de fois sur internet et qui a même eu le droit à une chanson que vous trouverez très facilement sur internet et que je vous conseille d’écouter.

Donc oui le gros plus du film est Shwarzie, mais les autres acteurs tiennent t’ils la comparaison face à la montagne de muscle Autrichienne ? Et bien non, le gosse de Shwarzie est juste insupportable j’avais envie de le frapper durant tout le film, sa femme était tout aussi énervante ainsi que tous les personnages secondaire dans ce film qui sont plus insupportables les uns que les autres. On passe tout de suite au troisième point.

Le scénario est… comment dire ? C’est une histoire que l’on a déjà vu 130 000 fois à cette période de l’année, le scénariste est resté dans le plus grand classicisme d’un film banal de noël. C’est l’histoire d’un jeune garçon qui veut désespérément un jouet qu’il n’arrête pas de voir à la TV à tel point qu’il connaît la publicité par cœur, il a un père qui travaille énormément et qu’il ne voit pas beaucoup, pour se racheter le père va lui acheter le jouet qui se trouve en rupture de stock dans tous les magasins, c’est là que commence une course effrénée pour trouver un Turbo Man ! Comme je l’ai dit très banal jusqu’à ce que les 30 dernières minutes du films arrivent, qui sont l’antithèse de ce que l’on voit d’habitude dans ce genre de film et c’est ça qui le rend si spécial, avec une grosse scène « d’action » qui sort vraiment de nulle part au point où on se demande si cette scène était prévue dans le script original, et si ce n’est pas juste Arnold qui s’ennuyait durant le tournage et qu’il à forcer le réalisateur à faire cette scène. On se surprend à être entrainé dans ce film malgré le fait qu’on ait l’impression de voir un téléfilm M6 à Noël, il y a une certaine magie dans ce film que je ne saurais expliquer. Pour résumer une histoire de Noël extrêmement banale mais assez intéressante pour capter votre attention jusqu’à la fin du film.

Le quatrième et dernier point est la musique ; franchement je ne sais pas quoi dire à part que c’est le pire cliché de musique de « film de noël » que j’ai dû voir depuis bien longtemps, je crois que je n’ai rien de plus à dire donc je passe à la conclusion.

Bien que n’étant sûrement pas le meilleur film de Noël qui est jamais étais fait, il vaut vraiment le coût d’œil, et je conseille énormément de voir ce film durant la période des fêtes, c’est ce qui lui rend le mieux justice, car bien sûr il y a énormément de défauts dans ce film mais comme je l’ai dit avant, il y a une certaine magie que je ne saurais expliquer, qui rend le film assez intéressant à voir jusqu’au bout. Et si vous avez écumé tous les films de Noël et que vous en voulez plus celui-ci n’est pas plus horrible qu’un autre, je vous le conseille si vous ne l’avez jamais vu.

Axel (Critique du blog)

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux:
Axel
Me retrouver

Axel

Le cinéma semble être une addiction dont on ne se débarrasse pas facilement. C'est pour partager cette passion que j'ai créé ce site, vous pouvez me lire dans les critiques que j'écris et aussi m'écouter dans les émissions audio produites par MoviesNerd.
Axel
Me retrouver
Axel

Axel

Le cinéma semble être une addiction dont on ne se débarrasse pas facilement. C'est pour partager cette passion que j'ai créé ce site, vous pouvez me lire dans les critiques que j'écris et aussi m'écouter dans les émissions audio produites par MoviesNerd.

Laisser un commentaire