Critique de “Jurassic World” par Axel

Jurassic WorldSpielberg est-tu là ?

Mes enfants, Raptor Jésus à entendu nos prières et a décidé de nous accorder un nouvel épisode de la saga Jurassique au cinéma, après un troisième épisode assez catastrophique, Colin Trevorrow, le réalisateur de ce nouvel opus a eu la lourde tâche, tout comme J.J Abrams plus tard dans l’année, de redorer le blason d’une saga en perdition qui d’épisodes en épisodes s’éloignait de plus en plus de son concept de base. A t-il réussi son pari ? Vous aurez la réponse plus loin dans cette critique, pourtant le film partait de très loin, avec une promotion assez catastrophique, des bandes annonces vraiment pas très alléchantes qui faisait plus peur qu’autre chose, et un esprit Spielbergien qu’il semblait manquer à l’ensemble pour nous faire retrouver la magie du premier volet.

Jurassic World est un parc, situé sur l’île du premier film (Isla Nublar), qui a réussi et qui fonctionne plutôt bien, néanmoins les spectateurs se lassent très vite des merveilles qu’ils ont devant les yeux, ainsi comme l’être humain ne sait pas s’arrêter quand il le faut et qu’il lui en faut toujours plus, les gérants du parc décident de mélanger l’ADN de plusieurs espèces pour créer un hybride plus terrifiant que tous les autres, nommé Indominus Rex. Mais bien sûr l’hybride va s’échapper et causer pas mal de dégâts au parc et à ses visiteurs, voilà rapidement le synopsis, qui n’est pas bien compliqué mais qui ne manque pas de substance et de sous textes très intéressants, notamment sur la modification génétique, le clonage et le désir humain de vouloir contrôler tout ce qu’il a autour de lui (la nature et ses propres créations entre autres) ainsi que l’esprit humain qui ne peux jamais se contenter de ce qu’il possède déjà et qui veut toujours plus. Le scénario est plutôt bien écrit, on retrouve un esprit plutôt proche du premier qui sans jamais l’égaler (en même temps il est dur d’égaler la perfection) n’en reste pas moins intéressant et palpitant malgré un petit essoufflement au milieu du film qui se ressent assez fortement mais qui 10 minutes plus tard disparaît pour laisser place à l’aventure et à l’action.

L’Idominus Rex va faire beaucoup de dégâts !

Les personnages sont très bien écrits pour certains, un peu sous- développés pour d’autres (je pense que l’on en reviendra en détail dans le podcast MoviesNerd de ce mois-ci), pour ceux (comme moi) qui avaient eu peur en voyant cet extrait qui sorti de son contexte pouvait paraitre assez misogyne, mais qui dans le film passe plutôt bien, Claire Dearing interprété avec brio par la talentueuse Bryce Dallas Howard est tout sauf une femme faible et fragile, elle dirige l’île d’une main de fer et décide d’aller sauver toute seule ses neveux présents sur l’île lorsque l’hybride s’échappe de son enclôs, et elle se montrera très courageuse à de nombreuses reprises surtout à la fin du film ou elle devient une véritable Bad Ass en faisant quelque chose qui risque de faire plaisir à beaucoup de fans de la saga Jurassic Park. Bien sûr on n’échappe pas aux blagues macho de Owen Grady interprété par le, maintenant ultra célèbre mais non moins talentueux, Chris Pratt, mais ses blagues passent assez vite et heureusement on ne s’attarde pas trop dessus.

Claire Dearing, Bad Ass dans la dernière demi-heure du film.

Par contre, je trouve que le film manque de personnages féminins, et ça se ressent énormément puisque il n’y a que trois personnages féminins assez récurrents et que deux d’entre elles ne sont pas souvent à l’écran, contre je ne sais combien d’acteurs masculins ; pour moi il est là le véritable problème du film, ce n’est pas dans l’écriture plutôt féministe des personnages féminins du film, mais plus dans le manque assez visible de plus de personnages féminins, à notre époque je trouve ça un peu dommage mais bon c’est les bonnes vieilles habitudes machistes Hollywoodiennes auxquelles nous sommes malheureusement trop habitués. Sinon j’ai été heureux de voir qu’Omar Sy avait un rôle assez important dans le film, et comme j’ai eu la chance de le voir en VO j’ai apprécié qu’ils l’aient laissé utiliser des petites phrases en Français durant le film, ce qui rajoute un petit plus pour le spectateur Français qui va voir le film en VO.

Voilà sinon concernant la réalisation, j’ai pris un pied monstre devant ce film, il est d’une beauté assez incroyable (ce n’est quand même pas du Spielberg, il ne faut pas non plus exagérer, mais ça reste très bon). J’avais deux grandes craintes par rapport à la réalisation de ce film, la première est qu’il s’agirait d’un Actionner Hollywoodien assez bête à la « Fast and Furious » où il y a des voitures, des flingues et des dinosaures, bien qu’il soit un peu plus orienté action que les autres opus de la saga, il garde néanmoins (en moindre mesure c’est vrai, je trouve ça assez dommage) cet aspect aventure qui créait toute la magie des trois films qui composent la saga « Jurassic Park », on prend un plaisir incommensurable à découvrir le parc au fur et à mesure du film.

Jurassic World, le zoo du futur avec des animaux du passé ?

Le deuxième aspect qui me faisait peur était les effets spéciaux qui sont caractéristiques de la franchise « Jurassic Park » qui utilise le plus possible les effets spéciaux en dur, comme des animatronics pour les dinosaures par exemple. Pour ce film les bandes annonces nous avaient dévoilés uniquement des dinosaures en images de synthèses ce qui ne me convenait pas du tout, heureusement le film comporte des animatronics, il est vrai qu’ils sont moins nombreux que dans le passé, mais heureusement ils sont toujours là pour mon plus grand plaisir, les images de synthèse sont, pour 90 % d’entre elles, très bien réussies et arrivent à nous refaire rêver tout comme les films précédents (surtout le premier).

Scène très touchante (en plus ce sont mes dinosaures préféré) qui n’aurait pas eu le même impact avec des CGI.

La musique quant à elle est splendide et est composée par mon compositeur Hollywoodien actuel préféré, Michael Giacchino qui ne manque pas une occasion pour créer de superbes morceaux qui en plus d’être rafraichissants sont diablement efficaces ; il arriverait presque (j’ai bien dis presque) à nous faire oublier John Williams (mon compositeur préféré toutes périodes confondues). Par contre pour moi le grand souci avec la musique de ce film, ce n’est pas la musique en elle-même mais le placement de celle-ci à travers le film, pour ne vous donner qu’un exemple qui ne vous spoilera pas, le célèbre thème de Jurassic Park est repris plusieurs fois durant le film (l’entendre au cinéma pour la première fois, durant ce film m’a donné la chair de poule et pratiquement les larmes aux yeux, c’est vous dire si je l’aime ce thème) mais la deuxième fois qu’on l’entend dans le film, ils nous la balance sur une simple discussion dans un hélicoptère, et là on se dit « Mais non ! Mais qu’est-ce que vous faites ? Il faut la lancer quand on voit pour la première fois les dinosaures, ou au moins à un moment un tant soit peu épique ! » Et cette erreur de débutant, il faut bien le dire est répétée plusieurs fois dans le film, ce qui est vraiment dommage, heureusement ils n’ont pas tout gâché et quelques moment viennent sauver la mise, mais je trouve ça quand même bien dommage.

La thème de “Jurassic Park” sur une scène de discussion, ça ne fonctionne pas !

Beaucoup de monde n’aime pas le film pour son fan service, ce qui est compréhensible, mais j’ai envie de vous dire, Jurassic World est situé sur les débris du Jurassic Park de John Hammond alors c’est un peu normal qu’on y retrouve des objets ou autres ayant fait leur apparition dans le premier film de cette splendide saga. Par contre le placement de produits devient assez gênant dans le film, qui n’est quand même pas du niveau de « Transformers » ou de « Man of Steel » qui sont champions de la catégorie, mais il est vrai que cette technique Marketing m’a toujours dérangé, et continuera malheureusement de pourrir nos films.

Pour finir, je dirais que j’ai énormément apprécié « Jurassic World », je l’aime avec ses qualités et ses défauts, il m’a fait ressentir un tas d’émotions et pour ça je ne pourrais jamais le détester ; le fait que ce film soit autant détesté démontre la logique du film qui est, que le public veut toujours plus et n’est jamais émerveillé par ce qu’il a déjà, ça c’est la nature humaine et c’est bien dommage. Bref si vous êtes toujours émerveillé par les petites et grandes choses de la vie, vous aurez des étoiles dans les yeux en voyant ce « Jurassic World » !

Axel

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux:
Axel
Me retrouver

Axel

Le cinéma semble être une addiction dont on ne se débarrasse pas facilement. C'est pour partager cette passion que j'ai créé ce site, vous pouvez me lire dans les critiques que j'écris et aussi m'écouter dans les émissions audio produites par MoviesNerd.
Axel
Me retrouver
Axel

Axel

Le cinéma semble être une addiction dont on ne se débarrasse pas facilement. C'est pour partager cette passion que j'ai créé ce site, vous pouvez me lire dans les critiques que j'écris et aussi m'écouter dans les émissions audio produites par MoviesNerd.

2 commentaires

  1. Salut ancien ami du bts.
    C’est un exploit qui te parle.
    J’ai trouvé ta critique très juste. Néanmoins, le seul truc qui me dérange est la présence de nombreuses fautes d’orthographe et trop de virgules. Les phrases sont longues et étouffantes, peu aérées. Je trouve cela vraiment très dommage pour une critique justement. Voilà mon avis. A bientôt 🙂

    • Salut Quentin, merci pour ton avis j’ai normalement corrigé toutes les fautes, je n’avais pas relu la correction du texte comme je le fait d’habitude 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *