Critique de “Mommy” par E-Stark

Mommy-1280X640

mommy-anne-dorval“Ça n’arrive jamais dans la vie d’une mère,

qu’elle aime moins son enfant.”

Anne Dorval – “Mommy” de Xavier Dolan (2014)

Auréolé du Prix du Jury au Festival de Cannes 2014, “Mommy” le cinquième long-métrage de Xavier Dolan n’a pas manqué de faire parler de lui. Le réalisateur compte probablement autant d’admirateurs que de détracteurs, et sans vraiment faire polémique, ce nouveau film risque pourtant bien d’avoir du mal à se faire une place. Ce ne sont pourtant pas les qualités qui lui manquent, bien au contraire …

On aurait pu penser à un “J’ai tué ma mère 2.0”, seulement voilà, le sujet ici peut paraître similaire, il est pourtant traité de manières radicalement différentes. Toujours armé de sa fougue si caractéristique (qu’il avait cependant laissé de côté pour son “Tom à la ferme”), Xavier Dolan filme le quotidien chamboulé d’une mère veuve qui va reprendre à sa charge son rejeton violent, alors qu’il était placé dans un centre correctionnel.
Pilon-MommyAutant dire que sur le papier, les thématiques sont déjà très claires, le film risque bien de mettre nos émotions à rude épreuve. Et c’est ce qu’il fait. La mise en scène vient traduire directement les sentiments et émotions des protagonistes, notamment grâce au format de l’image. Le cadre 1:1 principal laisse par instants sa place au scope, et autant dire que c’est vivement appréciable, car cela nous permet de reprendre notre souffle, tant le film se regarde avec le coeur serré.
Tendresse et fureur dansent dangereusement à travers ces images lyriques et empreintes d’un onirisme fabuleux. Cet ensemble est régi par un rythme effréné qui fait directement écho au caractère survolté du jeune Steve, si bien que l’immersion dans cette histoire se fait tout naturellement, sans vraiment nous laisser le choix de rester à côté quasiment. Il est difficile de regarder “Mommy” sans le vivre intensément ne serait-ce qu’un instant, car il s’agit-là d’une oeuvre qui ne fait pas seulement appel à nos capacités émotionnelles, mais également à nôtre être tout entier, et cela de manière viscérale. Un film sensoriel où les visages et les corps s’entrechoquent et dansent, magnifiés par une mise en scène précise, visant à rendre les images iconiques.
mommy-suzanne-clementIl n’est pas toujours facile de ressentir de vraies émotions au cinéma, et ici nous sommes face à un film qui ne fait aucune concessions, un véritable défouloir pour le public, les acteurs, mais aussi le réalisateur.

Les acteurs justement, sont au coeur du récit, ils ne sont pas seulement le lien narratif de cette histoire, ils l’illustrent et lui donnent sa force. Anne Dorval est incontestablement celle qui brille le plus par sa spontanéité, l’actrice est sublimée par la mise en scène de Xavier Dolan. Il filme sa muse en la rendant presque mythique, si bien que l’actrice tient ici une figure maternelle à la fois forte et très réaliste. C’est d’ailleurs l’une des qualités du film parmi tant d’autres, le réalisateur ne tombe jamais dans le misérabilisme qui pourrait incomber de tels personnages, du moins leurs conditions en tout cas. Au contraire, il parvient à mettre l’accent sur leur situation, elle les met à l’écart mais d’une certaine manière, elle les rend encore plus vivants.

mommy-official-us-trailer-drama-2014-world-wide-credCes personnages sont beaux, ce film est beau. Chaque pans de l’oeuvre se révèlent être le fruit d’une très grande maîtrise des outils cinématographiques, et Dolan va encore plus loin, il brise les frontières. Il se fait porte parole d’une société, d’une époque, en transposant cela à travers le personnage Steve, incarné par Antoine-Olivier Pilon qui se révèle ici en France à travers un rôle complexe, fort et pourtant très tendre et attachant. Suzanne Clément vient aussi apporter sa pierre à ce bel édifice, elle joue la personne qui fait le lien entre les autres protagonistes. Jamais décrite naïvement comme la bonne étoile de la mère et du fils, elle tient ici le rôle le plus proche de nous, les spectateurs. Elle se révèle touchante, mais également drôle. Le film tend aussi à être exubérant, dans le bon sens du terme, à l’image de ces personnages.
Il ne s’agit visiblement pas ici de faire un film absolument dramatique ou drôle, mais plutôt de raconter ce que certaines situations extrêmes peuvent engendrer. “Mommy” va au-delà des stéréotypes, il franchit les lignes et brise les barrières, pour se révéler comme un pur objet de cinéma, vivifiant et fort.

Mommy1

Je ne sais pas si Xavier Dolan est un génie, mais en tout cas “Mommy” est un film génial c’est certain. Génial car il ose tout, il touche à tout, et cela sans jamais se noyer dans son propos. Il s’agit du film de la maturité pour Dolan, plus encore que dans “Lawrence Anyways”. La fin d’un cycle probablement, ou peut-être pas, car Dolan semble s’intéresser beaucoup aux portraits de femmes, et celui-ci est flamboyant.

Ma note : 10/10

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux:
E-Stark
Me retrouver

E-Stark

Cinéphile parfois cinéphage, j'aime écrire et lire des critiques. Je voue un véritable culte à Terrence Malick et Tim Burton, mais je suis d'une manière générale assez éclectique en matière de cinéma.

Bonne lecture ... ou pas !
E-Stark
Me retrouver
E-Stark

E-Stark

Cinéphile parfois cinéphage, j'aime écrire et lire des critiques. Je voue un véritable culte à Terrence Malick et Tim Burton, mais je suis d'une manière générale assez éclectique en matière de cinéma. Bonne lecture ... ou pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *