Critique Flash de “En Route !” par Morgan

Ce n’est pas le meilleur DreamWorks. Toujours de bonnes idées en matière de mise en scène, d’humour et de graphisme. Sans doute l’un des moins bons fortement prononcé par un manque de double langage, en effet on s’adresse beaucoup plus aux enfants que d’habitude ce qui est regrettable. Mais surtout ! Le gros point faible c’est cette odeur auditive (oui ça existe !!!) puisque l’on nous sert une playlist electro/pop qui dessert le film, la musique déforme le caractère émotionnel de l’image ! Et du Rihanna en prime qui n’a pas lieu d’être, sinon de faire plaisir a la tête d’affiche (sans doute dans son contrat d’ailleurs). Donc dans l’ensemble ça reste agréable, drôle mais pas nouveau. Et visuellement, c’est du DreamWorks donc à la limite de l’intouchable. Maintenant j’attends de voir la VO avec Jim Parsons car même en VF on sent que le personnage qu’il incarne est fait pour lui ! Mais en même temps entendre rihanna doubler l’ado – de manière irritante de ce que j’ai vu, comme quoi un doubleur est un acteur avant tout – et chanter aussi en extra/intra-diégétique sera certainement une faiblesse… En tout cas voilà c’est vu, c’est sympa sans pour autant être innovant dans sa narration.

En Route

 

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux:
Morgan
Me retrouver

Morgan

Morgan, 22 ans (1992), étudiant en licence de cinéma à Lille 3, je suis passionné par le cinéma, les comics, les jeux vidéos, la paléontologie et bien d’autres choses. Quand je vois mes goûts cinématographiques ou musicaux, j’ai l’impression d’être resté bloqué dans les années 80 et 90, mais bon j’ai pas l’impression d’être le seul, on est beaucoup à avoir grandit avec Spielberg et du coup on ne veut pas grandir.
Morgan
Me retrouver
Morgan

Morgan

Morgan, 22 ans (1992), étudiant en licence de cinéma à Lille 3, je suis passionné par le cinéma, les comics, les jeux vidéos, la paléontologie et bien d’autres choses. Quand je vois mes goûts cinématographiques ou musicaux, j’ai l’impression d’être resté bloqué dans les années 80 et 90, mais bon j’ai pas l’impression d’être le seul, on est beaucoup à avoir grandit avec Spielberg et du coup on ne veut pas grandir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *