Death Race 2000: Les Fous du volant… en plus trash

Course à la mort de l'an 2000

Attention attention, voilà un film tombé dans l’oubli mais qui a tout de même donné naissance à l’un des pires films que j’ai pu voir, Course à la mort (ou Death Race en VO). Franchement, ce n’est pas un chef d’oeuvre, mais avec 300 000$ de budget on ne peut pas avoir une perfection, surtout pour un film qui date de 1975. Donc je le dis tout de suite, je préfère cette version à celle de Paul W.S. Anderson malgré le peu de moyen, premièrement car j’ai plus l’impression de regarder un épisode des Fous du volant un peu trash où le principe est de traverser les Etats-Unis de l’Est à l’Ouest en tuant le plus de personne sur la route, un film bien barge que l’on peut qualifier de nanar mais aussi parce que de toute manière celui de 2008 n’apporte rien à part de la baston et des filles filmées de manière a bien prendre les femmes pour des objets sexuels, de plus avec des répliques et un développement des personnages aussi débile… Enfin bref je m’éloigne du film de base et ma critique sur la version de 2008 est assez sauvage. Revenons au film d’origine, nous sommes dans un monde futuriste, en l’an 2000 (bon on va dire que c’est une réalité alternative du coup) où les Etats-Unis ressemblent à un régime totalitaire. Chaque année il y a une course violente et donc les gens évitent de sortir de chez eux, les routes sont donc désertes, ce qui paraît cohérent lors du visionnage du film.

 

C’est un film bourré d’humour avec, par exemple, les personnes âgées lâchées sur une route pour la journée de l’euthanasie, les vieux rapportant le plus de point lorsque les pilotes les tuent, ou encore les différentes morts dont une complètement folle, type corrida avec une voiture… D’ailleurs les voitures ont un style très fantaisiste, celle de Frankenstein s’apparente à un reptile par exemple, il y en a une autre qui appartient à des nazis et donc qui est plutôt décoré comme les blindés de 39-45, donc même là bon point pour les personnages qui correspondent à leur voiture, quand je vous disais que c’était un Fous du volant sanguinaire je ne vous mentais pas !

La voiture de Frankenstein à l'aspect reptilien

La voiture de Frankenstein à l’aspect reptilien

Ce film a une âme et tout de même un message politique, basique mais tout de même présent, là où le remake est une contestation de l’autorité assez fade car les méchants ont pas été gentil avec le héros… Bref pour la version de 1975, d’accord il y a des lenteurs, il manque un peu plus de folie, il y a des scènes que j’aurais sans doute évité comme la scène du flirt à rallonge entre Frankenstein et sa co-pilote, mais pour les années 70 c’est normal d’avoir ce genre de scène. Stallone n’a pas encore eu le succès de Rocky, pourtant, pour un début de carrière, on lui colle déjà cette étiquette de mec qui casse tout et qui n’est jamais content, ce qui fait de son personnage un élément comique de part ses réactions et son sexisme abusé. Bon j’avoue, je l’ai vu en VF et ce n’est pas la voix que l’on connait depuis Rocky (Alain Dorval), mais il a des répliques qui font mouches, d’ailleurs si vous pouvez le voir en VO faites-le, car la VF n’est pas géniale dans l’ensemble, sauf si vous aimez la parodie.

 

On a donc un film maladroit, mais avec un scénario intéressant, une manière de filmer plus sympathique que dans le remake de 2008, des répliques débiles mais marrantes. Un Stallone bien bourrin, des retournements de situation un peu médiocre, que quand on les voit arriver on sent que c’est n’importe quoi. Mais c’est un nanar à voir mais rangez votre cerveau sur 90% de ce film.

 

Morgan

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux:
Morgan
Me retrouver

Morgan

Morgan, 22 ans (1992), étudiant en licence de cinéma à Lille 3, je suis passionné par le cinéma, les comics, les jeux vidéos, la paléontologie et bien d’autres choses. Quand je vois mes goûts cinématographiques ou musicaux, j’ai l’impression d’être resté bloqué dans les années 80 et 90, mais bon j’ai pas l’impression d’être le seul, on est beaucoup à avoir grandit avec Spielberg et du coup on ne veut pas grandir.
Morgan
Me retrouver
Morgan

Morgan

Morgan, 22 ans (1992), étudiant en licence de cinéma à Lille 3, je suis passionné par le cinéma, les comics, les jeux vidéos, la paléontologie et bien d’autres choses. Quand je vois mes goûts cinématographiques ou musicaux, j’ai l’impression d’être resté bloqué dans les années 80 et 90, mais bon j’ai pas l’impression d’être le seul, on est beaucoup à avoir grandit avec Spielberg et du coup on ne veut pas grandir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *