Critique d’ “Interstellar” par Quentin

267178.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Parler d’ “Interstellar” sans tomber dans l’admiration et la non-objectivé totale va être assez difficile pour moi. Tout d’abord, je tiens à dire que j’attendais le film avec plus ou moins d’inquiétude, en effet ce n’était pas une question de retours sur le film, qui comme d’habitude sont dithyrambiques chez ce réalisateur, mais plus à cause du fait que j’avais trouvé une certaine faiblesse en terme de maîtrise dans “The Dark Knight Rises“, le dernier long métrage en date de Christopher Nolan. J’avais beau trouver le film palpitant, bien interprété et globalement réussi, impossible de m’enlever cette petite voix dans ma tête qui me faisait douter de l’un de mes réalisateurs favoris. Et nous y voilà donc, 2 ans après, “Interstellar” est là. Interstellar, Interstellar, Interstellar, tant de choses à dire !. Commençons par donner la couleur, j’ai adoré. Comme souvent chez Nolan, on retrouve une écriture soignée des personnages et de l’histoire dans sa globalité. On reprochera un final assez fumeux, mais une fois le tout mûrement réfléchi, on ne peut que s’incliner devant la nouvelle claque que constitue le film de Christopher Nolan. La grosse différence avec ses autres longs métrages est cette fois-ci l’émotion qu’il ajoute à sa recette. En effet, sans tomber dans le mélo total, on a affaire à de véritables scènes de pure drame familial dues à la séparation du personnage de Matthew McConaughey avec ses enfants, des passages bouleversants qui ne manqueront pas de vous faire tirer une larme. Passons au visuel du film qui est, il faut le dire, grandiose. Tout le premier acte du film est aidé par une photographie aux tons jaunâtres absolument bluffante, c’est à peine étonnant de constater qu’il s’agit du même directeur de la photographie que pour “Her” sorti en mars dernier. Le design des planètes est également superbe, dans le fond je reconnais qu’elles sont assez “classiques” (planète d’eau, de neige, …), mais esthétiquement parlant, cela fonctionne à merveille. On retient également des passages dans l’espace qui n’ont rien à envier à ceux de “Gravity” sorti en octobre 2013, tant le tout est net et maîtrisé. Au niveau du rythme, c’est impeccable, le film est très complet et les 2h49 passent très vite, chose due à un montage assez fluide et une histoire prenante de bout en bout. Parlons un peu casting, une chose est certaine, Matthew McConaughey est un des meilleurs acteurs de sa génération. Charismatique, émouvant et fort, il excelle dans ce personnage, écrit avec soin et terriblement attachant. On retrouve également Anne Hathaway, nouvelle habituée du cinéma de Nolan, arborant un jeu très juste mais aussi franchement poignant, je pense tout particulièrement à “La scène de la vague” (grandiose) où elle déploie tout son talent. La révélation du film est sans conteste Mackenzie Foy, future grande, servie par un excellent personnage qu’elle incarne sans aucune fausses notes. Il ne faudrait bien entendu pas oublier Jessica Chastain, une nouvelle fois synonyme de grâce et de perfection. Le reste du casting composé de Michael CaineCasey AffleckWes BentleyDavid GyasiJohn Lithgow Topher Grace s’en sort également très bien.

164817.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

La bande son est quant à elle aussi surprenante que réussie, surprenante dans la mesure où nous n’avions pas vu Hans Zimmer aussi inspiré depuis bien longtemps. Ce que je retiendrais également du long métrage, c’est son étude de la nature humaine au plus profond d’elle même à travers certains personnages (celui de Casey Affleck notamment). Véritablement intéressant dans cette démarche, le film joue donc sur beaucoup de tableaux à la fois sans jamais – ou bien très rarement – trébucher. “Interstellar” est un film à voir, au moins pour se faire son propre avis sur la chose. Nous avons là une expérience de cinéma hors du commun, que je classerai parmi les meilleurs films de ce grand réalisateur qu’est Christopher Nolan, et qui figurera probablement en très bonne position dans mon top de l’année.

Note : 5/5.

Quentin.

“Interstellar” de Christopher Nolan, sorti dans les salles françaises le 5 novembre 2014, avec Matthew McConaughey, Anne Hathaway, Jessica Chastain, Michael Caine, …

Synopsis : Le film raconte les aventures d’un groupe d’explorateurs qui utilisent une faille récemment découverte dans l’espace-temps afin de repousser les limites humaines et partir à la conquête des distances astronomiques dans un voyage interstellaire. 

 

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux:
Quentin
Me retrouver

Quentin

17 ans. Un peu trop accro au 7ème art, au citron et à Depeche Mode.

Quentin en 10 films :
Roméo + Juliette (1996)
La Belle et la Bête (1991)
Titanic (1997)
Shrek 2 (2004)
Edward aux mains d'argent (1990)
L'Empire contre-attaque (1980)
The Dark Knight, le chevalier noir (2008)
Ghost (1990)
Vaiana, la légende du bout du monde (2016)
Le Secret de Brokeback Mountain (2005)
Quentin
Me retrouver
Quentin

Quentin

17 ans. Un peu trop accro au 7ème art, au citron et à Depeche Mode. Quentin en 10 films : Roméo + Juliette (1996) La Belle et la Bête (1991) Titanic (1997) Shrek 2 (2004) Edward aux mains d'argent (1990) L'Empire contre-attaque (1980) The Dark Knight, le chevalier noir (2008) Ghost (1990) Vaiana, la légende du bout du monde (2016) Le Secret de Brokeback Mountain (2005)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *