Critique du film “Hunger Games – La Révolte : Partie 2” [Sans Spoilers] par Quentin

305794.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Harry Potter a accompagné mon enfance puis m’a amené à Katniss Everdeen, enrôlée malgré elle dans une révolte qui la dépasse. Hunger Games a en quelques sortes représenté une autre étape de mon existence : l’adolescence. L’âge où l’innocence s’en va pour laisser place aux doutes que la vie nous impose, où chacun se construit, commence a adopter des convictions et devenir petit à petit une personne adulte concernée par l’évolution de notre société et de notre monde. Je n’irai pas comparer mon parcours à celui de Katniss, évidemment, je n’ai pas eu à défier d’état totalitaire jusqu’ici (quoique des cours de mathématiques sont presque aussi nocifs que des jeux de l’expiation), ni à prendre la place de ma petite soeur dans les jeux de la faim (cette dernière serais bien contente de m’y envoyer pour récupérer ma chambre), non, je n’ai pas eu de telles horreurs à endurer. Mais alors comment expliquer que le phénomène concerne autant un public majoritairement adolescent ? Mon premier élément de réponse serait le suivant : La Liberté. La saga écrite par Suzanne Collins est le miroir parfait d’une société où l’image devient de plus en plus primordiale. A travers ses personnages, elle nous délivre des thématiques toutes plus criantes de vérité les unes que les autres. Si le postulat de base est un brin malsain, l’histoire prend une dimension bien plus grande qu’un Battle Royal Américanisé, elle nous montre qu’il est plus qu’important de se battre, chaque jours, afin de pouvoir conserver le luxe de dire ce que l’on pense, de vivre comme on l’entend, n’ayons pas peur des mots et allons jusqu’à dire que sous leurs airs de longs métrages hollywoodiens explosifs, les films de la franchise tout comme les romans dont ils sont adaptés sont extrêmement importants. Le message n’aura eu de cesse de monter en puissance durant toute la tétralogie avant de finir en feux d’artifices dans ce dernier opus à la portée exceptionnelle, d’une force rare et tellement juste. De retournements de situations en retournements de situations, on retrouve notre Geai Moqueur brisé mais plus que jamais animé par l’envie de mettre un terme au joug du tyrannique Président Snow. C’est à travers un Capitol truffé de pièges mortels que Katniss et ses plus proches amis avanceront vers la victoire. Cependant, les derniers dés ne sont pas encore lancés et l’héroine risque bien de ne plus jamais être la même au bout de son périple… 250463.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Sensationnel, abouti, épique, “Hunger Games – La Révolte : Partie 2” vise juste du début à la fin. Jennifer Lawrence fait preuve d’un jeu irréprochable, elle porte ce dernier acte de manière admirable et insuffle une réelle beauté dans les adieux de la fille du feu à son public. Josh Hutcherson dont le jeu n’aura fait que s’améliorer d’épisodes en épisodes est ici d’une incroyable prestance, l’acteur avait la lourde tâche d’interpréter le personnage dans sa condition la plus complexe et le fait de la meilleure des manières, chapeau bas. Liam Hemsworth, si il est le plus cabotin du trio, est néanmoins très touchant et juste dans cet opus. Le reste de la distribution apporte également quelque chose de nouveau à chacun de leurs personnages et ne rend cette fin qu’encore plus brillante. Poseur mais aussi effréné, le film trouve cet équilibre que le final de la saga Harry Potter n’avait pas et qui laissait un arrière goût de frustration très fort malgré le fait qu’il restait très bon. Ici, rien ne manque à l’appel. Les fans auront ce qu’ils veulent, Francis Lawrence a fait les choses bien, même très bien. On pleure comme on peut parfois se surprendre à rire, le film étant teinté de petites touches d’humour noir bienvenues. La précision de la caméra du réalisateur fait des merveilles, le long métrage est donc aussi un vrai plaisir visuel, la photographie accompagnant cette réalisation s’avère toute aussi excellente et réussie. 257819.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

James Newton Howard, toujours très inspiré, livre une bande originale alternant morceaux de bravoure et partitions plus légères chargées en émotions, notamment pour l’épilogue final qui est des plus parfaits. Le soin apporté aux effets visuels est également l’une des forces de ce quatrième épisode, notamment lors d’une scène se déroulant dans les égouts de la capitale où l’on saluera aussi la qualité de la chorégraphie des combats. La réussite principale du long métrage réside dans la résonance dont il fait preuve avec les trois précédents opus, certaines zones d’ombre pour les non-lecteurs sont ici explicitées (la scène où Peeta jette du pain à Katniss etc) mais également dans des détails subtils qui font que la saga Hunger Games ne sera jamais cette série de blockbusters lambda que certains essaient de vendre. Le feu brûlera à jamais peut on lire sur les affiches promotionnelles, ce sera chose faite. All hail Katniss.

Note : 4/5.

Quentin.

“Hunger Games – La Révolte : Partie 2” de Francis Lawrence, sortie en salles le 18 novembre 2015, avec notamment Jennifer Lawrence (Katniss Everdeen), Josh Hutcherson (Peeta Mellark), Liam Hemsworth (Gale Hawthorne), Julianne Moore (Pr. Alma Coin), Donald Sutherland (Pr. Coriolanus Snow), Woody Harrelson (Haymitch Abernathy), Natalie Dormer (Cressida), Elizabeth Banks (Effie Trinket), Sam Claflin (Finnick Odair), …

Synopsis : Alors que Panem est ravagé par une guerre désormais totale, Katniss et le Président Snow vont s’affronter pour la dernière fois. Katniss et ses plus proches amis – Gale, Finnick, et Peeta – sont envoyés en mission pour le District 13 : ils vont risquer leur vie pour tenter d’assassiner le Président Snow, qui s’est juré de détruire Katniss. Les pièges mortels, les ennemis et les choix déchirants qui attendent Katniss seront des épreuves bien pires que tout ce qu’elle a déjà pu affronter dans l’arène…

 

 

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux:
Quentin
Me retrouver

Quentin

17 ans. Un peu trop accro au 7ème art, au citron et à Depeche Mode.

Quentin en 10 films :
Roméo + Juliette (1996)
La Belle et la Bête (1991)
Titanic (1997)
Shrek 2 (2004)
Edward aux mains d'argent (1990)
L'Empire contre-attaque (1980)
The Dark Knight, le chevalier noir (2008)
Ghost (1990)
Vaiana, la légende du bout du monde (2016)
Le Secret de Brokeback Mountain (2005)
Quentin
Me retrouver
Quentin

Quentin

17 ans. Un peu trop accro au 7ème art, au citron et à Depeche Mode. Quentin en 10 films : Roméo + Juliette (1996) La Belle et la Bête (1991) Titanic (1997) Shrek 2 (2004) Edward aux mains d'argent (1990) L'Empire contre-attaque (1980) The Dark Knight, le chevalier noir (2008) Ghost (1990) Vaiana, la légende du bout du monde (2016) Le Secret de Brokeback Mountain (2005)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *